je sais

tu as dejà quitté ma vie et je m’installe dans le souvenir de toi

mes petites et maigres joies sont a present dans mes souvenirs

je sais

il faut que je m’y fasses il n’y aura plus que de rares visites sous mon toit

cet homme qui achève de se batir va etre droit

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

regarde sur ma vie

c’est un recueil de maux torturés de poèmes

ma pauvre petite vie à l »allure blème

des étincelles sur un fond de Carème,

comme si mon ame  trop grande, chaussée d’une chaussure d’enfant

se tasse, se blesse et se torture chaque jour à trotter  dedans,

pas étonnant qu’elle ressente autour d’elle  chaque parcelle du temps

il est pénible le chemin mal lôti à marcher depuis soixante ans!

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

fin d’été

porte ouverte sur le jardin j’entend le feuillage bruisser

les derniers papillons s’envolent, dans le vent

200606240481.jpgau dessus les nuages défilent en cortèges drappés

je me perd dans leur coton tout en refléchissant

encore une saison qui m’isole, et pourtant comme je le voudrais,

de concert vivre et m »appuyer sur une presence aimée

au lieu de çà la solitude, fractionnée de courtes visites

au lieu de çà la lassitude d’une solitude qui m’habite

d’autant plus je ressens, qua nd je  pense à ce qu’était avant3yspyjyc1.jpg

a quoi bon à present des projets, seule je n’ai pas d’allant

je me force a en batir, avancer vers cet avenir

dont la terreur de l’isolement me fait fremir

bien sur, ils m’entourent, et je les aime

mes enfants mon frere , mes neveux,

mais est absente la tendresse d’une vie partagée à deux 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

saleté de crabe!

je le sens qui rode et veux me devorer

casser ma joie ma santé et ma vitalité

je n’en veux pas qu’il s’éloigne a jamais

je hais ce hydeux cancer qui m’a dejà emporté quelqu’un de proche

tu ne m’auras pas, je vais te tuer si tu apparais

mes cellules resisteront, à cet enfer trop moche

la peur va decupler ma colère

en colère je suis une vipèrep38axlh01.gif

ne me touche pas, barre toi!!

méfie toi j’ai peur et je ne suis plus moi

 

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

et quand.? mais toujours!!

quand la chaleur du soleil rechauffe ma peau

quand ses rayons passent a travers les frondaisons

quand la brise sur moi passe en une caresse

quand tu me manque a ne pouvoir te toucher

quand mon coeur s’accelère et qu’apparait ton visage

dans ma mémoire et dans mes reves

quand je sais que tu ne partage pas ma façon d’etre

quand ta différence m’interpelle et m’étonne

quand ta réserve s’en va et que tu te détend 

quand tu ne te le permet pas, et que tu es distant

quand je me remémore les tout premiers moments

ceux que plus jamais tu ne m’as redonné

il furent exceptionnel, ils furent a se damner

 

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

personne ne peux m’en empecher

je ne le dirais plus mais je t’aime toujours

toi seul et a jamais restera mon amour

du meme et fort amour qu’est celui du depart

avec la meme force, et avec le meme elan,

je chéri ta pensee, et le fait que je t’aime tant

moi qui n’avais plus rien, meme ainsi moi j’ai tout

ce sentiment est chaud , ce sentiment est doux

meme si je me sens seule a y songer ainsi

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

la présence

eternelle et à jamais, gravée dans sa mémoire,

elle est là qui réchauffe et fait vibrer sa pauvre histoire;

peut importe ce qu’il est et meme si c’est sans espoir,

elle s’en fou desormais, elle sait que c’est trop tard,

pour effacer un jour ce qu’il y a laissé,

ou meme pour depasser elle a mis un arret

sur sa vie étriquée elle ne veut plus agir

elle ne veut plus que penser ,

et puis se souvenir1897fxjj1.jpg

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

blog de mes pensees, me revoilà!

si longtemps , je suis restée sans te parler !

à en oublier le bien que tu m’as donné !

toi mon confident des jours de bonheur et de grisailles

quand mes sentiments éclatent à en déborder,

j’aime venir caresser des mes lettres, tantot douceur, tantot rocaille,

tes pages de blancheur, lisses et illuminées

pour apaiser ma peine ou ma joie  et calmer mes douleurs,

rien de mieux que toi, mon blog, qui me berce en douceur,

jusqu’à ce que mes feux s’éteignent dans mon coeur!!!

 

 

 

 

 

feuflam

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

oui pour le jour le jour

quand la tornade un jour se calme, je me redresse enfin,

qu’elle revienne et tout se bouscule et je m’y trempe

j’y ai perdue tant de joie de vivre, tant d’allant pour mes passions,

car elle est dantesque et fabuleuse, suis pas la seule à le savoir

j’ai perdue, dans tout ces eccès, beaucoup de gouts, un temps la raison

pas pour autant que je la refuse au contraire je veux la revoir

j’ai perdu mon ame d’enfant lorsque j’ai constatée sa fin

avec passion meme sans espoir, je me sais toujours en son pouvoir

j’ai enfin refermée le charniers, qui pourissait ma vie et mon coeur

j’ai donné beaucoup de douceur, et j’en ai encore à cette heure

 enfin!, me voici plus calme,mais tout de meme j’ai droit au bonheur

oui j’ ai encore à lui donner, sans autre discours et sans leurre

une ame douce entre dans ma vie, je la repousse plus elle a dejà trop attendue

une autre femme en moi est née, quel bénéfice innattendu

je ne serais plus celle qui aime le plus, je le sais, je m’y suis noyée,

je suis celle qui prend sans question, je n’en ai plus à me poser

mais je serais sienne, et autrement je vais l’aimer

sans doute pas comme il est souhaité, ô comme j’ai changée!

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

je ne suis plus

si on existe un jour dans ce monde,

je crois que c’est par l’interet que vous porte l’autre,

c’est ce fil ténu, cette sensation, cette onde,

qui  porte votre gout  à la vie comme un apotre,

vous buvez ses paroles et dans ce regard de qui, bienheureux

vouv vous sentez porté vers cet autre, et surtout, comme dans le liquide amiotique originel, heureux!

il n’existe à mon sens rien de plus tendre et plus doux,

que cette conscience folle, et que ces reves fous,

rien ne dure ici bas, helas, tout s’use et se délite,

si la passion s’engouffre dans tout ce chimèrique,

et que l’on fonce aveugle au lieu d’y réfléchir,

en perdant pas la meme, de vouloir faire l’effort

de savoir maitriser, et voir qu’à coté, il y a bien plus fort,

user sans abuser de ces decouvertes trop frequentes,

n’en pas devenir un addict, et savoir s’arreter,

sur ce que l’on sentait, etre une douce entente.

 

 

 

 

 

Publié dans introduction | 3 Commentaires »

1...45678...14

Colombe22 |
D'un papillon à une étoile |
ETATS D'AMES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | POUSSIERES DE FEE
| Navajo y el enigma de EOI
| lectures