6h30 les anciens

hier, me désarmait la douceur des anciens,
que je prenais pour du laissez faire
ma révolte grondait au fond de moi
et j’aurais soulevé des montagnes
devant la petite chose fragile que nous sommes
il y a des instants
ou cette douceur n’anéantie et me phagocyte
a present
car vieille ,je le suis, et devant l’adversité,
les barrières de la colère ont disparues
et si quelque part l’enfant est resté au fond moi
j’ai compris tout comme eux que nous n’etions que fêtu de paille

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

a des amis qui m’ont un jour abandonné

chaque jour nous arrache ou nous ecorche ,
nous rend joyeux ou nous étonne,
de joies, de peines, de peurs, de surprises,
de folies, de tristesses ou d’ennuies
les peines des jours passés laissent tout de meme la place a l’esperance
et au temps qui passe, a la vie qui file et qui elle aussi trepasse

quand on y reflechit, la vie n’est en faite que  de sentiments
et ceux dont la pudeur les masquent,
sont ils encore vraiment vivants?

moi je repenserais toujours aux bons moments
je veux marcher sans fin, vers des jours plus charmants,
mais je ne me sauve pas devant les epoques de tourments

je les affronte avec courage, et je me bat effrontemment
tant pis si mes mauvaises manières choquent certaines gens
devant l’adversité il n’est rien de plus troublant
que de voir souvent des amis s’enfuyant,

sachez que leur amitié n’est pas vraiment si forte
qu’un de vos actes réprouvés ou  un désaccord l’emporte

et que vous les aimez plus qu’eux en quelque sorte
meme si il vous ont laissé sur le chemin pour morte
vous vous pensez a eux, et leur ouvrez la porte
les prenez dans vos bras pour mieux les rechauffer
dans les jours de froideur comme dans l’adversité
etre ami c’est celà, car donner c’est donner
comme disait gd mère reprendre c’est voler

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

a mon ami yossele (ne pleure pas)

Ne pleure pas yossele, ne pleure pas

pense plutot à ce qu’elle a été ici bas

un ange m’a dit, écoute çà:

la haut il existe une tradition

chaque soir quand les hommes s’endorment

les anges défilent dans le ciel une scintillante bougie à la main

en mémoire de ceux qui les ont aimés

ce joli cortège de la mémoire est tres doux

mais  parfois

certaines de leurs bougies ne brillent pas

elles ne peuvent pas tenir allumées

un ange m’a répondu  au pourquoi

un de ceux  dont la bougie ne brillait pas

il m’a dit

ce qui eteint ma flamme, c’est les pleures de mon ami

 

ne pleure plus bisous

 

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

LES LOUPS SONT ENTRE CHIEN ET LOUP,?

jeunes filles méfiez vous des loups

savent grogner et tout et tout

si leur cause semble à defendre

mais là je commence à comprendre

que dans leur vie, çà va dependre

à priori d’etre beau parleur

jeune fille attention malheur

les loups les loups sont des charmeurs

cette histoire ne tient pas debout

au fait en vaut elle le coup?

le doute m’assaille tout d’un coup

et je ne sais plus rien du tout

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

le compteur

clic j’ai 5ans dehors dans le jardin, je suis sous le tilleul

toute la vie encore m’attend, je reve je reve béatement

clic j’en ai, 10 dejà? et j’ai dejà une poussière dans l’oeil

dejà je me sens seule, dejà ce sentiment de flottement

clic j’ai 12ans, et mon père vient de nous quitter

maman est triste,  et moi aussi je suis toute épeurée

je ne vois plus que son chagrin, est ce encore elle desormais?

qui va nous proteger, plus personne jamais, plus jamais?

clic j’en ai 16 et j’essaye d’exister, je ne sais qui je suis

tout est a inventer, et devant ma vie me semble isolée

clic j’ai 18ans je reve d’une fete pour elle c’est indecent

la maison doit etre triste on porte le tourment

clic j’en ai 20 dans mon vide enfin je trouve en me mariant

a prendre du recul et a vivre autrement

clic j’ai 30ans tjrs pas eu de fete mais j’ai mes dejà des enfants

eux sont mes joies je les aiment tant

mes facettes sont là elles sont tt en dedans

pas question que les petits ressentent ce que je ressent

clic j’ai 40 ans mon mari me voit plus il a prit des amantes

et moi je m’en rend compte et puis j’en fait autant

c’est pas satisfaisant mais c’est un pansement

il est parti et la vie a passé je suis seule a present

clic j’ai 50ans dans 5ans tt au plus plus de travail fatiguant

ce sera ma seule fete, celle d’avoir du temps

clic j’en ai 60 apaisée je le suis mais toujours a rever

rever a l’impossible, rever a etre aimée

me reste peu d’annees, mais je veux l’esperer

 

 

 

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

petite mise au point:

merci de passer sur mon blog j’espere que ne le trouverez pas trop répétitif, mais que voulez vous on ne se refait pas a mon age (sourire) on avance c’est tout

ATTENTION !

 

 

Ne cherchez pas de similitudes dans cette abondance de noms qui n’est faite que pour noyer  ou un ou deux réels prenoms

entre onyrisme et réel bien sur, donc inutile de penser deviner, ces textes sont dans un désordre voulu

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

essais de chanson

les ailes qui me font planner
sont des notes et puis des soupirs
elles perchent sur une portée
elles sont l’essence de mes désirs.

moitié pie moitié moineau de l’ombre
joyeux,  bavards tristes ou mélancoliquement sombre
rouge gorge leger aux joyeuses trilles
je vocalise  muhmmmmmmmmm …….

mes cordes vocales  répondent
quand je m’envole sur mes chansons
alors j’entend les bruits de la nuit
toutes ces ailes qui frappent muhmmmmm….

 

le tempo qui swing ou qui blues
dans ma ville rose toulouse
crochette mes notes qui se posent
sur la portée qui devient rose

comme ma ville endormie,
voilà que ma chanson finie
sur quelques notes catimini
celles que je me suis choisie

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

l’enfant questionnant sa mère qui se construit tant bien que mal

l'enfant questionnant sa mère qui se construit tant bien que mal dans introduction 157865_1351639425_913722184_n1maman ! maman ! dis moi  combien tu m’aime?

comme une inquiète , comme ma peur de ne pas pouvoir t’aider

c’est rien ne le soit pas car je ne le sens pas et je vais bien maman

tu pense que c’est dur pour moi, , mais non mais non maman !

 

maman ! maman ! dis moi combien tu m’aime?

comme quelqu’un qui a peur que tu n’y arrive pas

c’est rien c’est rien car je ne le ressens pas, et ma vie  va de l’avant

tu pense que je n’y arriverais pas , mais si mais si maman !

 

 

maman ! maman ! dis moi combien tu m’aime?

comme quelqu’un qui vieilli et qui se sent de plus en plus seule

j’entend maman et voilà je suis là presente je serais ne t’inquiète donc pas

arrete de pleurer je suis là je suis là!

 

maman ! maman ! dis moi combien tu m’aime?

ma fille ma fille comme quelqu’un qui commence a avoir besoin de toi

c’est rien c’est rien je m’approche un peu plus j’assiste a ton trepas

je serais pret de toi lààà ne t’inquiete pas

 

maman maman , dis moi encore …….

pour  moi aussi en fait ,  ta présence valait de l’or

 

maman maman dis moi combien tu m »aime

comme ma filiation la chair de ma chair et le sang de mon sang

toujours ce sera çà et toujours s’épaulant

que ce soit au delà que ce soit au present

 

maman maman dis moi encore…..

je suis en paix à toi à present de sentir le desert de l’absent, ma fille moi aussi je t’aimais

alors c’est bien repose maman, je veille, enfin j’essaye à mon tour en te sachant en paix

 

 

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

lutte !

tant que l’on accepte de se battre, on sent combien il est bon d’exister

en toute chose, puisque c’est ce que l’on veut

celui qui renonce au combat  dis aussi adieu

tant qu’un projet nait et germe peu a peu, il est possible encore d’avancer

j’ai connu cette peur de ne plus avoir envie

trouble et glauque petite mort de l’oublie

je m’y etais ratatinée, ce durant des annees

une faille, un cachot , j’avais perdu le gout de la vie

mais elle est la plus forte et vous pousse en avant

cette vie de batailles qui vous file entre les doigts

en vous comptant les heures que vous n’aurez pas

et vous disant voyons voyons mais bouge toi !

il t’en reste quelqu’unes vas y depeche toi

a regretter celles ci tu perdras celles là

 

 

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

quand?

quand? dans introduction 316796_2225905480174_1023892948_32062232_2083716283_n1-300x209

 

je pense chaque fois que çà a été la derniere, enfin sur cette terre, et mon coeur bat fort et se dechire,

car j’ai l’impression que ce sera pour toujours et que je devrais me passer de te voir

a jamais alors je serais vieille et inutile, alors ma vie ne sera plus qu’une attente de la fin,

que ce qui doit arriver arrive, mais faites qu’il y ai encore un peu de nos rencontres

et je n’aurais plus peur de ma décrépitude, car dans ton regard je lirais encore la jeunesse et la tendresse

 

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

12345...14

Colombe22 |
D'un papillon à une étoile |
ETATS D'AMES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | POUSSIERES DE FEE
| Navajo y el enigma de EOI
| lectures