lamentation d’une boule d’amour

encore,

et la fierté me muselle, et recluse et peu a peu, doucement je crois que j’en meurs

tant pis, mais moi je me lamente tu vois, pour une fois les non dits bien sur que je les tais

je ne peux pas, car trop de souvenirs amères aux pics acérés me piquent le coeur

trop, les mauvais jours passés de mon enfance, et là maintenant aussi ce present que je hais

je n’ai pas mérité d’en arriver là

l’amour est mon credo je ne sais que prendre dans les bras,

comment vont ils mon fils ma petite fille

nulle info plus de nouvelle la folie me vrille

c’est dur et si injuste quoi qu’il en soit

de me priver d’eux , c’est arbitraire je le vois,

mon coeur se parchemine, se rabougri

je ne sais plus comment ni pourquoi

au moins donner des nouvelles voilà

alors,

allez vite, porte close sur la vie à laquelle je me desinteresse peu a peu

allez vite, sur l’échange et les vivants moi je referme mes vieux yeux

c’est etrange, mon ame est en chagrin, et mes bourreaux sont mes amours

vous mes proches, vous là,ceux qui ne donnez rien, jamais rien en retour

pardon maisje ne sui que que çà je me sens quelquefois si vide et collante

moi qui fus plein de vie de joies et d’eclats de rire mes fantômes me hantent

je deviens solitaire quand l’age avance avec ses affres sombres et spectraux

amerement déçue des autres indifferents, car ils n’ont pas compris au mot tous ces maux

je me glace, moi qui fus pleine de vies d’eclats de rire ces spectres qui me hantent

persistent, je n’ai plus de pleures juste sept lettres froides dedans mes pensees : diantre !

roselyne  L L

Cet article a été publié le Lundi 4 septembre 2017 à 20:46 et est catégorisé sous introduction. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire. Les trackbacks sont fermés.

Laisser un commentaire


Colombe22 |
D'un papillon à une étoile |
ETATS D'AMES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | POUSSIERES DE FEE
| Navajo y el enigma de EOI
| lectures