voile de silence

il est palpable comme un epais voile,
le silence a couper au couteau

comme la caressse d’une mousseline d’une toile,
il vient dedans ma main poser cette plume, poser ses mots

et son encre legère me mène a m’en servir,
ce ouatineux silence des jours ou l’on se sent oublié

je prend  le temps alors, alors, de les ecrire,
afin de prendre notes a ne pas les jeter,

il s’échappe en phrases douces amères, en recits
bouillonne dans ma tete c’est le ruisseau de ma vie,

je sais qu’au rythme de mon coeur et il peut murmurer le bonheur,
que son cours est changeant suivant la vie et ses humeurs

je sais aussi que s’arrete le temps peut etre pour toujours ,
peut etre pour longtemps
alors c’est moi qui fou le camp
vers le bruit, ou vers le grand jour

Cet article a été publié le Vendredi 2 décembre 2016 à 20:40 et est catégorisé sous introduction. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire. Les trackbacks sont fermés.

Laisser un commentaire


Colombe22 |
D'un papillon à une étoile |
ETATS D'AMES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | POUSSIERES DE FEE
| Navajo y el enigma de EOI
| lectures