portrait

c’est toi mon long et fin petit chat blond, à la demarche silencieuse et feutrée,

sur tes grandes jambes sans fin, nerveuses et tes cuisses allongées, tu marche un peu vouté

j’aime ton corps mince et long ou commence à prendre place doucement un tit bidou,

et ton torse doux et imberbe, tes grands bras protecteurs et tes mains dont j’aime sentir la caresse,

les belles proportions de tes epaules, ton cou et ce menton déterminé que couronne un sourire tendre, et puis au coins de tes  yeux myositis,

les premières rides ajoutent la tendresse et adoucissent ton visage serieux d’enfant que l’on pourrait croire  sage, prémices du temps qui passe

dejà ! mais ne t’inquiète pas le temps glisse sur toi et ces rides te confèrent un surplus de charme,

de meme que tes tempes blondes ou les boucles de tes cheveux s’espacent, tu reste toujours beau pour moi, car c’est avec le fond de mon âme que je te vois,

et mes mains ne pourront jamais cesser d’y passer tendrement, au rythme de mon coeur que je sens si bien battre et vivre, quand ici tu viens.

 

 

Cet article a été publié le Vendredi 6 janvier 2012 à 12:05 et est catégorisé sous introduction. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire. Les trackbacks sont fermés.

Laisser un commentaire


Colombe22 |
D'un papillon à une étoile |
ETATS D'AMES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | POUSSIERES DE FEE
| Navajo y el enigma de EOI
| lectures