• Accueil
  • > Archives pour janvier 2012

lutte !

tant que l’on accepte de se battre, on sent combien il est bon d’exister

en toute chose, puisque c’est ce que l’on veut

celui qui renonce au combat  dis aussi adieu

tant qu’un projet nait et germe peu a peu, il est possible encore d’avancer

j’ai connu cette peur de ne plus avoir envie

trouble et glauque petite mort de l’oublie

je m’y etais ratatinée, ce durant des annees

une faille, un cachot , j’avais perdu le gout de la vie

mais elle est la plus forte et vous pousse en avant

cette vie de batailles qui vous file entre les doigts

en vous comptant les heures que vous n’aurez pas

et vous disant voyons voyons mais bouge toi !

il t’en reste quelqu’unes vas y depeche toi

a regretter celles ci tu perdras celles là

 

 

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

quand?

quand? dans introduction 316796_2225905480174_1023892948_32062232_2083716283_n1-300x209

 

je pense chaque fois que çà a été la derniere, enfin sur cette terre, et mon coeur bat fort et se dechire,

car j’ai l’impression que ce sera pour toujours et que je devrais me passer de te voir

a jamais alors je serais vieille et inutile, alors ma vie ne sera plus qu’une attente de la fin,

que ce qui doit arriver arrive, mais faites qu’il y ai encore un peu de nos rencontres

et je n’aurais plus peur de ma décrépitude, car dans ton regard je lirais encore la jeunesse et la tendresse

 

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

rien ne s’efface

rien ne s'efface dans introduction 370375_100001052901950_935492230_s1ien ne s’efface , ni les joies ,ni  les peines, mais sereine je suis car j’ai reçue plus qu’attendu

et meme si je ressens l’absence, meme si un jour elle devient sans retour, oui meme si je l’ai perdue

une douce pensee baignera ma mémoire, et rien n’enlevera jamais cette douceur vécue si merveilleuse

je me plongerais encore dans mes souvenirs, pour en boire a la source si fraiche, si tendre  si délicieuse

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

portrait

c’est toi mon long et fin petit chat blond, à la demarche silencieuse et feutrée,

sur tes grandes jambes sans fin, nerveuses et tes cuisses allongées, tu marche un peu vouté

j’aime ton corps mince et long ou commence à prendre place doucement un tit bidou,

et ton torse doux et imberbe, tes grands bras protecteurs et tes mains dont j’aime sentir la caresse,

les belles proportions de tes epaules, ton cou et ce menton déterminé que couronne un sourire tendre, et puis au coins de tes  yeux myositis,

les premières rides ajoutent la tendresse et adoucissent ton visage serieux d’enfant que l’on pourrait croire  sage, prémices du temps qui passe

dejà ! mais ne t’inquiète pas le temps glisse sur toi et ces rides te confèrent un surplus de charme,

de meme que tes tempes blondes ou les boucles de tes cheveux s’espacent, tu reste toujours beau pour moi, car c’est avec le fond de mon âme que je te vois,

et mes mains ne pourront jamais cesser d’y passer tendrement, au rythme de mon coeur que je sens si bien battre et vivre, quand ici tu viens.

 

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »


Colombe22 |
D'un papillon à une étoile |
ETATS D'AMES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | POUSSIERES DE FEE
| Navajo y el enigma de EOI
| lectures