je ne suis plus

si on existe un jour dans ce monde,

je crois que c’est par l’interet que vous porte l’autre,

c’est ce fil ténu, cette sensation, cette onde,

qui  porte votre gout  à la vie comme un apotre,

vous buvez ses paroles et dans ce regard de qui, bienheureux

vouv vous sentez porté vers cet autre, et surtout, comme dans le liquide amiotique originel, heureux!

il n’existe à mon sens rien de plus tendre et plus doux,

que cette conscience folle, et que ces reves fous,

rien ne dure ici bas, helas, tout s’use et se délite,

si la passion s’engouffre dans tout ce chimèrique,

et que l’on fonce aveugle au lieu d’y réfléchir,

en perdant pas la meme, de vouloir faire l’effort

de savoir maitriser, et voir qu’à coté, il y a bien plus fort,

user sans abuser de ces decouvertes trop frequentes,

n’en pas devenir un addict, et savoir s’arreter,

sur ce que l’on sentait, etre une douce entente.

 

 

 

 

 

Cet article a été publié le Samedi 26 décembre 2009 à 5:30 et est catégorisé sous introduction. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire. Les trackbacks sont fermés.

3 commentaires à “je ne suis plus”

  1. talengar dit :

    L’autre n’est-il pas ce que nous voudrions voir du reflet de nous-même… le jeu des miroirs illusionnent nos vies et pourtant notre bonheur nous vient d’autrui! Que serait la vie sans d’impossible paradoxe.

    Merci pour votre texte.

    Dernière publication sur Pensée d'un jour, pensée de toujours : Rêve d'avenir passé

  2. oselyne dit :

    un miroir aux alouettes, semblable a ce qu’elle est , cette vie de toute façon!
    seul ceux qui n’aiment pas leur image ou ce qu’ils sont, ne peuvent pas non plus aimer autrui, je pense!
    inversement,ce n’est pas parceque l’on deteste certaines facettes de soit qu’on ne va pas les adorer chez autrui, drole hein!!!?
    l’ambivalence humaine !!! tout de meme!

  3. talengar dit :

    Je suis tout a fait d’accord, pour avoir une chance d’aimer les autre, il faut déjà s’aimer soi-même!
    Quant au paradoxes de l’humain, ne sont-ils pas inhérent à notre nature?

    Dernière publication sur Pensée d'un jour, pensée de toujours : Rêve d'avenir passé

Laisser un commentaire


Colombe22 |
D'un papillon à une étoile |
ETATS D'AMES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | POUSSIERES DE FEE
| Navajo y el enigma de EOI
| lectures