la lie

ce soir je l’ai bue la lie, comme c’était

âpre et amère la potion de mes pulsions!

la chamade toquait dans mes pulsations,

mon ventre se tordait, et je ne quittait pas

hypnotisée j’étais, je ne voyais que çà

leur chemin de lumière qui me faisait si mal,

pas la moindre pensée,  sur moi  tu ne versas

et comme un animal toi tu etais sa proie

je gardait le sourire sur ma face livide

mais j’étais déchirée comme happée par un  vide,  y1pwsqcwbghc2kdfdakbrvjvtyxvnkjk6e2mzjeckvtsclk0fuvpukfjiltb15iwt4227cyfy1.gif

j’ai vu la bete humaine se repaitre de mon chagrin

j’ai vu celui que j’aime poursuivre son chemin

sans meme me lancer le moindre regard calin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet article a été publié le Samedi 20 décembre 2008 à 3:25 et est catégorisé sous introduction. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire. Les trackbacks sont fermés.

Laisser un commentaire


Colombe22 |
D'un papillon à une étoile |
ETATS D'AMES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | POUSSIERES DE FEE
| Navajo y el enigma de EOI
| lectures