je te reviens mon blog c’est sur toi que jécris

ami des jours grisailles , fidèle tu es là

tu comprend et voit clair dans mes pensées amères

juste pour moi ainsi toi, tu es toujours là

tu sais ouvrir tes bras et chasser les chimères

qui hantent mon esprit, aucun homme ne t’egale

avec toi je partage encore à l’automne cette vie de cigale

tout comme je l’ai toujours fais dans mon enfance folle

avec toi je renais oui avec toi j’efface rageusement les bémols

quand passée ma colère, je zappe mon chagrin

qui vaut vraiment le coup en fait il n’y a qu’un

et cé toi mon ami, rien je ne veux plus rien

que toi et ces échanges amicaux et certains

des requiems passés des illusions amères

j’oublie tout  la vie est de nouveau plus claire.

Cet article a été publié le Mercredi 3 décembre 2008 à 16:57 et est catégorisé sous introduction. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire. Les trackbacks sont fermés.

Laisser un commentaire


Colombe22 |
D'un papillon à une étoile |
ETATS D'AMES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | POUSSIERES DE FEE
| Navajo y el enigma de EOI
| lectures