• Accueil
  • > Archives pour novembre 2008

je te decris

ta fine face oblongue me plait plus que de raison

j’aime ton doux sourire, et çà c’est pour la vie

tes beaux cheveux bouclés, ta bouche et ton menton

ta façon pacha lointain, d’etre ainsi allongé sur ce lit

je t’aime mon amour et mais tu ne sauras plus

puisque tu ne veux pas je reste dans mes nues

mais ma vie n’y suffira pas pour t’oublier

d’ailleurs je ne veux pas toujours je veux t’aimer

mon plaisir de te voir est tout ce qui me reste

aussi je te regarde ainsi et sans un geste

je ne pevete pas mais j’impregne mon etre

de cette cam qui est toi encore un jour de fete

 

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

cé fini

mon reve s’évanoui, détruit est ma chimère

s’était ecrit, toute éveillée , je laissais faire

toute éveillée je m’ attendais à me taire

ce n’était pas une prière c’était un songe

je l’ai vécu heureuse et fière

encore un fois tout comme hier

entre nous point de mensonges

tout a toujours eté clairasialick12.gif

tout de meme il me reste qui me ronge

l’envie de depasser ce mystère

de l’alchimie de mes sens amplifiés

vécu lors de nos actes manifiés

par la moitié d’un amour fou à lié

qui ne sera jamais partagé

ta saveur va me manquer

tes mains et toi tout entier

 

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

deception

non je ne veux pas le voir mais je sais

je connais le fond de ses pensees

ne sont pas celles bien sur que j’imagine

sont celles de lame noire qui l’anime

la meme en blanc existe aussi, je sais qu’elle vit en lui aussi

il la cache et la refuse depuis tt petit car sur le fil il est assis

peur de ce qui peux etre trop fort pour lui

 il est sensible et il le fu4121831651.gif it, ses yeux se sont un jour remplis de pluie

et les chats n’aime pas ceci, chat il fut ds une autre vie

il n’est pas fourbe et il sait dire

çà ne lui plait pas , il me vire

alors tant pis qu’il vive sa vie

cé bien je l’accepte aujourd’hui

 

 

 

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

le manque, ronge d’un vide mes jours sans joies

l’absence de toi  me hante elle est entrée en moi

son vent blizzard me glace,  mouille mes yeux et me ronge

tempete glacée triste et soufflant sans pitié sur mes songes

le sable de ton indifférence use mon  mon ame et l’abime

tant pis si je le porte sur ma mine qui plus jamais ne s’anime

tant pis si çà t’amuse de detruire ainsi le bonheur

tu ne sauras jamais que c’est une vrai valeur

en as tu je ne crois pas à cette heure

en as tu un peu dans ton coeur?

full je ne le te dis plus cé fini

puisque cé toi que me l’as dit

je m’efface vers l’infini

 

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »


Colombe22 |
D'un papillon à une étoile |
ETATS D'AMES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | POUSSIERES DE FEE
| Navajo y el enigma de EOI
| lectures