mes grands soleils et mes étoiles

deux soleils me réchauffent l’âme,

deux étoiles raniment ma flamme,

les premiers sont des bouts de toi,

te ressemblent, lorsque je les voient

les seconds ce sont leurs petits,

ils font partie de notre vie, dans le temps ou tout était joli,

mes deux soleils, me sont très proches, ce sont mes bijoux

indélébiles, ils prolongent, les valeurs qui étaient à nous

tu les renie aujourd’hui, mais au moins eux me font des bisous,

la maison, cocon nid douillet, sécurise, notre clan tout doux.

il n’y manque que toi mon doudou, pourtant, tu ne reviendra jamais,

bien sur il y des regrets, mais vois tu, j’en survis désormais.

 

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

ma peine

cf58zctj1.gif

               

                je songe si souvent à toi amour d’avant,

et je me surprend d’être après si longtemps,

aimante encore autant de mon lointain mari,

nulle être ici bas n’a pu m’en faire croire guérie,

 

pourtant j’aurais au moins voulu que dans l’oubli,

ah! ma cicatrice!, sentir cette douleur  faiblie,

utile avancement, car là moi je survis,

        l‘espoir vain me ronge, sachant pourtant que c’est finie♥.

je sais bien qu’il n’y a plus rien a espérer

       et je me saôûle en vain dans des amours fredaines

   

tu sais, ils ne sont là que pour chasser ma peine,

  

     à toute petites touches dans cette vie que j’ai en haine

  irritante, si insipide et sans gout puisque sans toi,

mièvre potion de l’existence là, moi je la bois,

en couchant sur la page mes tristes poèmes♥.

 

et tu n’en saura rien, je ne veux pas montrer

ni ma faiblesse, ni mon tendre attachement,

car je te veux heureux en souvenir du passé,

oubliant que j’existe pour vivre ton présent,

   riant comme autrefois, quand nous étions amant,

  et heureux, puisque moi je n’ai compris antan♥.

 .

rl 15 AOUT 2007

 

 

 

 

Publié dans introduction | 1 Commentaire »

les oiseaux de mon jardin

tn5581zozio21.gifce matin, en marchant dans l’herbe humide,

doucement, à petit pas ai guetté un piaf sur une branchette frêle

donnant la béquée à ses petits, affamés becs ouverts, et tout grêle,

l’oiseau pressé avant de  repartir, les nourissait de quelques subsides,

de vermisseaux, d’insectes, je ne sais

qu’il régurgitait dans les becs orangés,

sans bruit pareillement,aussi,  je suis repartie,

pour revenir demain, encore,les regarder changer,

ces petits, qui ne sont à l’instant même pas jolis,

graciles tout au plus, avant de pouvoir s’envoler,

quand leur plumage s’installera sur leur corps fragile,

en déployant leurs ailes, petits anges pépiant,

gai et futil être vivant, fragiles partir en voletant.

rl 16 AOUT 2007

Publié dans introduction | 2 Commentaires »

la guérison des maux

thumbmervoiliercroatiezadar1.jpgj’avance, les mots courent sur les maux, j’avance,je cours même et je recroque à belles dents, ce que le mal m’avait hoté,

demain je vivrais encore mieux, je suis enfin dans le réel,  la vie vérité,

je prend, un regard, un moment, c’est immense,

tout ce magmat que je trie qui était endormi,

je fouille et le découvre, mais oui j’ai des amis,

le bonheur est ici suffit d’en faire le trie,

regarder et pas fuir, tendre la main hé oui!

encore fallait il terminer mon sommeil

ne pas s’anesthésier pour découvrir merveilles.

 

rl 13 07 07

 

 

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

ton absence

fp2wlnjn1.jpgfp2wlnjn1.jpgfp2wlnjn1.jpg

Recommence la longue attente

Ou le temps s’étire en heures

M‘est confisqué là le bonheur

Un doux câlin qui tant me tente

A m’hôter mes nuits de sommeil

L‘est fait de désirs de merveilles

De ton corps contre mon corps

rl 9 aout 2007

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

l’homme au bouquets de violettes

ekcupidon2001.jpg

maxence , a des yeux de braises

mon rêve est d’enfin en vrai les voir

prince ami,  parmi ombres et hazards

bleu de mon âme, suis je à son aise

a son goût, pour pouvoir être une amie.

un fantôme hante mes vides et longues nuits

 cocard ou pas bandit, viens donc par ici!

 

rl 8AOUT 2007
na! pour toi si tu me lis(sourire et petite moquerie tendre, pour que tu garde souvenir de ta dernière régateClin doeil)

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

extrait de rose

Image de prévisualisation YouTube10939753q1.jpg

l’esssence même de cette fleur!

déjà mûre et montrant son coeur,

ne le cache plus sous ses pétales,

n’a plus peur de sa fin fatale,

a donner toutes ses pétales,

pour embaumer l’instant présent.

et dans le souvenir d’un amant,

sa magie sur d’autres femmes,

ressurgira en son parfum,

fantôme, qui hantera son âme,

quand il respirera demain,

la même odeur dans d’autres mains.

  rl 7AOUT2007

Publié dans introduction | 1 Commentaire »

pour les brels…..

060703101935751.gifemoticoneemoticoneemoticoneemoticoneemoticoneemoticoneemoticoneemoticoneemoticoneemoticoneemoticoneemoticoneemoticoneemoticoneemoticoneemoticoneemoticoneemoticoneemoticoneemoticoneemoticoneemoticoneemoticoneemoticoneemoticone

à tous le frustrés, les égoistes les târés,

les abimés, les écorchés, les marqués

les blessés, les aigris, les gnaqués,

les déçus de la vie estoqués, caramélisés,

j’établis ce message déjanté et alambiqué:

ne, faiblissez pas, avancez, dépassez, rigolez, surmontez,

moquez vous de vous même, continuez, acharnés, affrontez,

mais surtout

ne  réfreinez pas, acceptez, outrepassez, osez croire, osez dire :

la tendresse, les câlins, la douceur, l’amitié, qui vous est proposés

si vous ne donnez pas vous ne recevrez en retour qu’un succedanné.

YES!emoticone

 

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

l’instant présent

fee1691.jpg ya du bonheur dedans ma tête,

accent aigu dedans mon être,

heureuse un soir c’est tout peut être

mais là il existe vraiment

même si pas prète à des serments

je vis je sens là que j’existe

demain je serais toute seule

un p »‘tit fantôme survivra

on s’en débarasse pas comme çà

pour adoucir enfin mes peines

ce t’tit bonheur s’ras dans mes veines

et je me souviendrais de luifee1691.jpg

ainsi

je n’ai plus droit qu’à ces moments

tout le reste à foutu le camp

c’est ceci qui est déprimant

je voudrais encore des serments

mais ma jeunesse à foutue’l'camp

je n’ai plus droit aux sentiments

je me contente de ces moments

en pensant que juste le présent

il est réel mais je me ment

il n’y a de vrai qu’un amour amant

ami aussi comme un aimant

que l’on garde précieux présent

duosité je t’aime tant

liberté j’en donne tout autant

voudrais qu’on me voit en amour ardent

reverais je un jour cependant

ce que je je désire autant

suis encore en train de rêver

l’est temps de me réveiller

c’est fait

 

 

 

 

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

se contenter de :

amor120411.gifm’empoisonne tant de silence,

marteau pilon d’indifférence.

les parois lisses de mon éxistence

me font glisser vers la sentence

d’emmurement, et de carences,

recevoir, offrir par moment

dialogues, et sourires charmants.

saurais je un jour accepter encore

le pourrais je ces mots que j’écris

c’est pas faute d’y croire encore,

c’est l’autre pour qui c’est proscris. 

n’hôterais pas des femmes  sa rancueur

du fin fond du coeur de « mon coeur« 

j’ai bien peur, de perdre raison

tant je pleure sur cette passion.

ai bien peur qu’il soit bien tard,

préfère glaner juste un regard

prèfère croire, juste en ce qu’il croit

mes moyens, ils sont dérisoir.

le suis donc dans ses choix,

pourvu qu’un peu il me revoit

 non, ne veux pas forcer les choses

mais, faites qu’il ose, faites qu’il ose.

 

 

Publié dans introduction | Pas de Commentaires »

12

Colombe22 |
D'un papillon à une étoile |
ETATS D'AMES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | POUSSIERES DE FEE
| Navajo y el enigma de EOI
| lectures