la femme triste au chaton

Je ne regarde plus la vie qui se déroule

Mon cœur est un tronc mort ou un serpent s’enroule

Ecrasé de chagrin il me pèse

De tous mes vieux regrets pourrissant à leur aise

Vient ! gentil chaton noir

Comme je t’envie ce soir

Réchauffe moi j’ai froid,

Tu me donnes ta vie et ton si doux ronron.

Toi tu es si heureux presque en pamoison

 

Moi ! Je ne suis qu’excès dépassant la raison

De perfides engelures craquent mon âme passion

Ce sont des souvenirs rien que des souvenirs

Quand je veux enfin vivre ils s’instaurent en barrière

Devant ma vie futur qui prend gout si amère

Que vivre est insipide en comparant hier

Cet article a été publié le Mercredi 25 juillet 2007 à 18:05 et est catégorisé sous introduction. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire. Les trackbacks sont fermés.

Laisser un commentaire


Colombe22 |
D'un papillon à une étoile |
ETATS D'AMES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | POUSSIERES DE FEE
| Navajo y el enigma de EOI
| lectures